AccueilA découvrir : critiquesCinéma : les avis sur...

Cinéma : les avis sur...

 

Mort sur le Nil (John Guillermin)

note: 4Une bonne adaptation Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Les lecteurs fidèles d'Agatha Christie se régaleront devant se long-métrage qui relate une des plus célèbres enquêtes d'Hercule Poirot. Outre les décors d'époque, le film aligne une belle brochette d'acteurs et une intrigue aux petits oignons. Délicieusement suranné !

Et ta soeur (Marion Vernoux)

note: 2Une comédie ? Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Ce film qui est présenté comme une comédie contemporaine ne m'a même pas fait sourire. Entre histoire de famille et histoire d'amour, le mélange prend difficilement.
Le trio d'acteur est certes convaincant mais on est loin du bijou annoncé tant le héros est fade limite stupide, sa meilleure amie bien ordinaire et la sœur de celle-ci une caricature de lesbienne, qui cherche à avoir un enfant à tout prix (désolée spoiler).

Dans ce quasi huit-clos breton, on s'ennuie donc un peu malgré les (soit-disant) rebondissements bien tièdes et les dialogues (trop) ciselés. Heureusement que ce long métrage a le mérite d'être court !

She's so lovely (Nick Cassavetes)

note: 4l'amour fou virginie - 20 décembre 2017

l'amour fou entre deux écorchés vifs, Sean Penn et Robin Wright Penn sont excellents, j'ai adoré.

Nicostratos le pélican (Olivier Horlait)

note: 4Inclassable, original, touchant. CATHERINE - 11 décembre 2017

Un jeune garçon qui vit sur une ile grecque (magnifiques paysages) avec son père veuf, sauve un bébé pélican. Le destin de ces deux êtres va se trouver fortement lié. Belle histoire, à la fois émouvante et pudique, pleine d'humanité, en toute simplicité, une sorte de conte, de rêve...

Big little lies (David E. Kelley)

note: 5Une pépite de narration visuelle et scénaristique. Lila, bibliothécaire - 30 novembre 2017

Madeline, Jane et Céleste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Crime ou accident ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué. Une minisérie époustouflante et très bien menée. Dilemme entre vies professionnelles et vie de famille, divorce, viol, violence conjugale, tromperie... autant de thèmes abordés en profondeur et avec justesse. Agréablement surprise, j'ai commencé la série sans vraiment y croire et pourtant malgré quelques lenteurs, cette série se révèle être une pépite de narration visuelle et scénaristique. Une histoire prenante, des actrices impressionnantes.

les Chemins de la liberté (Peter Weir)

note: 5Quand l'instinct de survie vous faire abattre des montagnes STEPHIE - 23 novembre 2017

Durant la 2nde guerre mondiale, il y a eu les camps de concentration mais aussi les goulags, moins relatés et pourtant loins d'être une sinécure.
Une histoire vrai inspirante. A voir.

Incendies (Denis Villeneuve)

note: 5Un film dur mais beau. STEPHIE - 23 novembre 2017

Les affres de la guerre dans toute leur horreur.

Difret (Zeresenay Mehari)

note: 5Difret STEPHIE - 23 novembre 2017

Les coutumes traditionnelles et les droits de la femme s'entrechoquent en Ethiopie. Superbe!

A perdre la raison (Joachim Lafosse)

note: 5sidérant Mélanie, bibliothéca - 22 novembre 2017

Murielle et Mounir s’aiment. Ils se marient, puis s’installent chez le docteur Pinget, père adoptif de Mounir. Ils n’en partiront pas, même après la naissance de leurs quatre enfants. Redevables de la bonté d’un beau-père qui couvre tous leurs besoins mais transforme chaque cadeau en barreau de prison, dépendant matériellement et financièrement de leur bienfaiteur, le jeune couple ne prendra jamais son envol. L’émancipation naturellement rêvée par Murielle se révèle impossible, et le piège se referme, jusqu’au drame.

Tout a déjà été dit et analysé sur ce film belge découvert à Cannes en 2012 et inspiré d’un fait divers sordide qui traumatisa la Belgique en 2007 : le traitement de l’infanticide (nul spoiler ici car nul suspens dans ce film qui commence par la fin), l’asphyxie provoquée par la promiscuité au sein d’une cellule familiale dysfonctionnelle, la violence sourde qui règne sans que jamais une goutte de sang ne soit versée, l’aliénation qui annihile toute énergie vitale. Et surtout la lente et inéluctable descente aux enfers d’une femme emmurée dans sa vie et qui perd la raison, jusqu’à la pure folie. Enfin, la terrassante sensation de dépossession, de vide immense, de douleur insupportable, incarnée par Emilie Duquenne qui sidère et qui hante, longtemps après le visionnage. Tout a été dit sur ce film mais rien ne sert plus d’en parler, il faut maintenant le voir…

Manchester by the sea (Kenneth Lonergan)

note: 5cataclysme émotionnel Mélanie, bibliothéca - 8 novembre 2017

Il y a les drames dont on se remet et ceux dont on ne se remet pas. C’est bien de cela qu’il s’agit dans Manchester by the sea. Sous ses airs de petit film indé discret, ce long-métrage du peu connu Kenneth Lonergan s’avère être un saisissant cataclysme émotionnel, une œuvre bouleversante, absolument déchirante.
C’est là que Lonergan réussit son coup de maître : réhabiliter le mélodrame, le rendre noble et puissant tout en évitant religieusement d’en user les codes les plus embarrassants. Même si l’équilibre semble parfois périlleux à tenir, avec quelques scènes sur le fil du rasoir, il parvient magistralement à éviter les embûches du tire-larmes. Il ne reste alors que l’essentiel : la peinture naturaliste d’une famille empêtrée dans le deuil et les portraits magnifiques de ceux qui la composent. Portraits incarnés par des acteurs tous habités, sans exception. Et quand toute la tristesse du monde se concentre dans le seul regard de l’inoubliable Casey Affleck, damné, qui traîne son malheur épaule courbées, dans un silence de glace, comme si les mots ne servaient plus à rien, alors c’est notre cœur qui manque de se figer...
C’est lent, âpre, brut comme ce morne décor, écrin mélancolique qui embrasse tout entier les personnages désemparés. Pourtant l’on rit parfois, avec cet adolescent attachant qui veut avancer et vivre pleinement malgré la peine. Ces moments de respiration, ces touches de comédie au sein du drame sont salutaires : la vie coûte que coûte et malgré tout.

The homesman (Tommy Lee Jones)

note: 5Anti-Western - 31 août 2017

XIXe siècle dans un petit bled du Nebraska. Le climat, les maladies et les hommes rendent la vie dure et entrainent dans la folie 3 femmes. Mary, célibataire et fervente pionnière, accepte de les ramener à l’Est où elles seront soignées. Dans cette expédition dangereuse, sur une terre aride et peuplée d’Indiens, elle rencontre Georges, vieux voleur sans état d’âme, qui va l’accompagner.
Tommy Lee Jones signe un anti-Western. L’Ouest ses terres vierges et fertiles sont ici un véritable enfer. Les pionniers des miséreux vivant dans des taudis. L’Est est vu comme la terre promise avec sa civilisation et son confort. Mais la quête que mène Mary va s’avérer sans issue… Un film fort.

Crimson peak (Guillermo del Toro)

note: 5Poétiquement macabre Camille, bibliothéca - 19 août 2017

Del Toro nous offre un conte gothique empreint d'un romantisme surnaturel. Les acteurs évoluent à l'ère victorienne, somptueusement retranscrite par les parures et décors. L'intrigue du film est prenante, on ne s'ennuie pas. Une histoire fantastique avec des fantômes comme on aimerait en voir plus souvent.

Lovers (Isabel Coixet)

note: 3belle histoire d'amour virginie - 14 juillet 2017

Les acteurs jouent très juste, notamment Ben Kingsley et Patricia Clarkson, Penelope Cruz est resplendissante et lumineuse.

Deux jours à tuer (Jean Becker)

note: 5bouleversant virginie - 13 juillet 2017

Humour noir, émotion, un film à voir

Tyrannosaur (Paddy Considine)

note: 3sombre virginie - 13 juillet 2017

Quand l'enfer au quotidien laisse briller au bout du tunnel l'espoir d'une rédemption...

Qui a envie d'être aimé ? (Anne Giafferi)

note: 4Ah Dieu ! CATHERINE - 12 juillet 2017

Inspiré d'une histoire vraie (roman de Thierry Bigot heu Bizot), le film rend bien l'ambiance du propos. Le regard d'Antoine sur lui-même, ses proches et les relations qu'il entretient avec eux se trouvent chamboulées par l'expérience qu'il vit en secret. Le sentiment de solitude causé par le fait de ne pouvoir partager cette expérience intime et taboue, et les malentendus qui en découlent... Un Philippe Duquesne en Prêtre... de bons comédiens, un bon film sur le sujet.

Quai d'Orsay (Bertrand Tavernier)

note: 4Une très bonne surprise CATHERINE - 12 juillet 2017

Je ne m'attendais pas à ça (je n'avais jamais entendu parler de ce film).
Dès le début, le rythme est donné. Arthur Vlaminck a "un train de retard" face à un ministre survolté (joué par T. Lhermitte vraiment irrésistible, dans les deux sens du terme), une vraie tornade. Le personnage joué par Niels Arestrup, qui, lui, est posé, ancré, imperturbable, joue sur d'autres leviers. L'opposition (complémentarité) est très réussie... En bref, un film qui se laisse regarder avec grand bonheur.

Cuisine et dépendances (Philippe Muyl)

note: 5A déguster CATHERINE - 12 juillet 2017

Pour ceux qui aiment ce genre de films, c'est un régal : les répliques, le jeu des acteurs, la psychologie des personnages, les mimiques, les hésitations, les incompréhensions... plus vrai que vrai et plein d'humour (scène où Bacri est au téléphone pour chercher un hôtel en pleine nuit, très très drôle, entre autres). Vous avez compris, je recommande, film à déguster.

Le fantôme de Canterville (Yann Samuell)

note: 5J adore se film SOLÈNE - 7 juillet 2017

C est mon film préféré

The knick - Saison 1 (Steven Soderbergh)

note: 5un anti-Urgences... version année 1900 MYRIAM - 20 juin 2017

Une série sur les débuts de la chirurgie avec toutes les recherches, expérimentations possibles qui peuvent vous faire tourner de l’œil tellement le réalisme est prenant.
Mais sur ce fond de série médicale (un peu gore je l'avoue) se décline aussi d'autres thèmes tous aussi importants en ce début de siècle à New York : le racisme omniprésent, la domination masculine, les disparités sociales, les magouilles financières...
Bref une série vraiment prenante, avec des acteurs brillants et attachants (Clive Owen épatant dans son rôle de médecin de génie, renfermé, drogué...) et une bande-son totalement en adéquation avec l'ambiance !

Broadway therapy (Peter Bogdanovich)

note: 3Juste amusant... Caro, bibliothécaire - 20 juin 2017

Dans un style à la Woody Allen, Peter Bogdanovich nous emmène dans un vaudeville new yorkais, qui fait sourire parfois mais qui est vite oublié après visionnage...

Le Garçon et la bête (Mamoru Hosoda)

note: 4Un ours grincheux et un enfant perdu = un animé plein d'énergie ! Myriam, bibliothécaire - 7 juin 2017

Après La Traversée du temps et les Enfants loups, Mamoru Hosoda nous entraîne une fois de plus dans un monde imaginaire plein de vie, de surprises et de questionnements.
Ce film d'animation est un condensé de sensibilité, de sagesse, d'action, d'amitié, d'amour et d'humour. C'est aussi un parcours initiatique prenant où se mêlent les thèmes de l'apprentissage, de la crise d'identité, de l'importance ou non des liens du sang... et bien d'autres encore.
Le tout à voir en vostfr bien entendu pour une immersion totale dans l'univers fantastique et farfelu de ce réalisateur japonais !

Chair de poule (Rob Letterman)

note: 5Monstres fantastiques ESTELLE - 19 avril 2017

Film fantastique en lien avec la série mais néanmoins très accessible aux non-lecteurs. Des clins d’œil aux personnages emblématiques, ainsi qu’une mise en scène de son auteur, R.L. Stine, donne même envie de se plonger dans la série par la suite. Film intégré dans son temps avec des références numériques empreintes d’humour …

Moi, Daniel Blake (Ken Loach)

note: 5film MARIO - 8 avril 2017

très beau film,qui reflète malheureusement la précarité actuelle et l'abérration de notre système

Casting s (Pierre Niney)

note: 1refaite le casting FABIEN - 26 mars 2017

Quand j'ai vu le casting, je me suis dit, c'est un programme court qui semble intéressant, mais après avoir visionné quelques épisodes, je me suis dit que l'absurde et le ridicule ne tue pas, mais m'ennui fortement.

Heureusement la plupart des acteurs ont su rebondir dans leur carrières et on su faire oublier cette série.

Friday night lights - Saison 1 (David Boyd)

note: 5Une série qu’il faut prendre le temps de découvrir ! Lila, bibliothécaire - 23 mars 2017

Dillon, Texas. Une petite ville où le seul jour qui compte c’est le vendredi, soir de match pour l’équipe de football américain du lycée, les Panthers. Un portrait humaniste de l'Amérique profonde, explorant les arcanes du sport pré-universitaire. Une série parlant de football US adolescent au fin fond du Texas. Le pitch me faisait fuir le plus loin possible. J’ai mis du temps avant de la regarder ( je n’avais plus rien sous la main !) J'ai apprécié qu'une série, au premier abord plutôt réactionnaire, ne tombe que rarement dans la facilité en abordant des thèmes sociétaux comme le racisme ou le droit à l'avortement.
J’ai été surprise par la justesse humaine des personnages et par la manière dont ils m'ont touchée au fil des saisons. Car ce qui intrigue, c’est la justesse de la description d’une petite ville américaine éloignée des côtes, la place du sport lycéen et des ados, la religion,…
Voilà une série qu’il faut prendre le temps de découvrir !

The killing (Charlotte Sieling)

note: 5Addict ! Marie, bibliothécaire - 26 février 2017

Sarah Lund, enquêtrice danoise mise au placard à la fin de la première saison, revient pour 10 jours d’enquête à haut risque.
10 épisodes, 10 jours d’investigation haletante. Meurtres en série beaucoup plus complexes qu’on ne le suppose.
Les sphères politique, de l’armée et de la police sont impliquées…. Aargh !!!je suis complètement addict de cette série.Scotchée, sonnée….

Vie parisienne (La) (Jacques Offenbach)

note: 4i love Paris FABIEN - 26 février 2017

Je connaissais déjà les oeuvres d'Offenbach, mais là c'est nouveau, dynamique et très agréable à entendre.

Mais pas que, car la mise en scène de cet opéra est aussi très réussis, colorée, drôle, moderne et avec de la danse, j'ai adoré.

Love and friendship (Whit Stillman)

note: 4Intrigues amoureuses Caro, bibliothécaire - 15 février 2017

Au 18e siècle, les femmes de la haute société n'ont pas de statut véritable en dehors de celui de leur mari. Quand celui-ci décède, elles se retrouvent souvent démunies.
L'héroïne de ce film est donc une veuve très intrigante, qui n'hésite devant rien (mensonges et manipulations) pour arriver à ses fins (un mariage avantageux). Détestable et pitoyable en même temps, elle sera toutefois contrariée dans ses plans...
L'histoire est amenée de manière plutôt amusante avec un découpage en chapitres qui rappellent le livre "Lady Susan" de Jane Austen duquel il est adapté.
Les décors, costumes et surtout les dialogues de ce film sont aussi particulièrement réjouissants !

Rocco et ses frères (Luchino Visconti)

note: 5tragédie moderne HERVE - 26 janvier 2017

Devenu un classique, le film de Visconti nous fait une description de l'Italie du début des années 60, où on quitte en masse un Sud arriéré pour s'installer dans les grandes villes modernes du Nord. Au risque de perdre ses traditions et de faire éclater des familles.

La pendaison (Nagisa Oshima)

note: 4Percutant ! HERVE - 26 janvier 2017

S'inspirant d'un fait divers, le trublion de la Nouvelle Vague japonaise livre un film réquisitoire non seulement contre la peine de mort, mais aussi contre la politique ouvertement raciste du gouvernement nippon envers les ressortissants coréens.

A peine j'ouvre les yeux (Leyla Bouzid)

note: 5Film choc - 21 janvier 2017

Farah, jeune tunisienne, cherche à vivre sa vie sans contrainte. Elle découvre la vie noctambule, le militantisme politique et chante dans un groupe de rock. Mais sa mère qui connait bien les codes de la société tunisienne pré-révolutionnaire tente de l’en empêcher.
Film choc, qui nous montre le bouillonnement de la société tunisienne avant la révolution de jasmin. Cette jeunesse aspire à plus de liberté, à un mode de vie moins contraint, à la libération des femmes, mais déplait au pouvoir en place et aux services de surveillance des citoyens.

The Lobster (Yorgos Lanthimos)

note: 4Sélection ticket or Frédérique, biblioth - 18 janvier 2017

Cette fable fantastico-réaliste est tout à la fois grinçante, irritante, fascinante et hypnotique.
Un film qui ne laisse pas indifférent et dont la fin invite à la réflexion. Pour les amateurs de l'humour noir poussé à son plus haut degré.

Les revenants (Fabrice Gobert)

note: 5Captivante Lila, bibliothécaire - 12 janvier 2017

Un beau jour, dans une petite ville de montagne dominée par un barrage, plusieurs personnes disparues des années plus tôt réapparaissent. Elles ne présentent aucune blessure, n’ont aucun souvenir des circonstances de leur mort ni même aucune conscience d’être morts. Pour eux, le temps s’est arrêté. Pourquoi les gens reviennent-ils à la vie ? Pourquoi le niveau du barrage baisse - t- il ? Comment sait-on si on est mort ? Pourquoi les morts reviennent ? Quel est le lien avec le barrage ? Tous tentent de reprendre le cours de leur vie alors que d'étranges phénomènes apparaissent. La première saison est tout simplement envoûtante, angoissante, mystérieuse, passionnante, on a envie d'en savoir plus à chaque minute qui passe...
Une première saison qui a su captiver. Dommage que la seconde saison n'ait pas tenu les promesses de la première !

The Hour (Abi Morgan)

note: 5Impertinente ! Marie, bibliothécaire - 12 janvier 2017

En 1956 à Londres, nous partageons les coulisses de la nouvelle émission télévisée, The Hour de la BBC, sur l’actualité politique, économique et sociale, l’une des premières émissions de ce genre. Alors que de grands bouleversements s’annoncent au niveau mondial, trois de nos reporters se trouvent impliqués dans une conspiration politique d’envergure. The Hour, série de la BBC, mêle avec brio, reconstitution historique, thriller d’espionnage, chronique politique et histoires personnelles.
La série démarre doucement, et sans y prendre garde je me suis prise d’intérêt et d’affection pour ces nouveaux « héros ». Les personnages sont impertinents, affichant une liberté de pensée et d’agir revigorante.

Rectify - Saison 2 (Bill Gierhart)

note: 5Tout simplement magnifique ! Maryjo, bibliothécaire - 12 janvier 2017

On y suit Daniel Holden (Aden Young) qui revient dans sa ville natale après avoir passé 19 ans en prison pour le viol et le meurtre de sa petite amie lorsqu’il avait 18 ans. Il est en attente d’un nouveau procès car de nouvelles preuves ADN remettent en cause sa culpabilité. Mais tenter de se reconstruire dans un environnement où tout le monde, ou presque, vous croit coupable est une gageure qui ne fait cependant pas peur à Daniel. A tort ou à raison…Trois saisons sont déjà sorties sans que le charme ne cesse d’opérer. La quatrième et dernière saison a débuté en octobre aux Etats-Unis. J’attends avec impatience de savoir ce qui attend notre héros, Daniel Holden et son entourage.

This is not a love story (Alfonso Gomez-Rejon)

note: 5Attention films culte méconnu !!! Camille, bibliothéca - 5 janvier 2017

Pas entendu parler pour un sou, peu d’entrées en salle en Europe et aux Etats-Unis, et pourtant This is not a love story est une belle pépite rempli d’originalité, truffée de références cinématographiques, dotée d'une mise en scène inventive et de passages poétiques. Jamais larmoyant, grâce à ses acteurs justes, de très bons dialogues qui sonnent vrais et beaucoup d’humour.

Belgica (Felix Van groeningen)

note: 5Sex, Drugs & Rock’n Roll Camille, bibliothéca - 5 janvier 2017

Après Alabama Monroe, Felix Van Groeningen revient et nous sert une ambiance au top grâce notamment à Soulwax qui a composé une bande son magistrale. On est happé par ce lieu underground avec ces soirées folles où le rock explose les tympans, où le jazz swing et où l’électro transe, fleuron de la Belgique, fait battre notre coeur. Côté réalisa-on, la photographie est superbe, les cadrages font parfois penser à du De Palma, notamment pour certains passages en boîte. Réalisateur à suivre !

The Lobster (Yorgos Lanthimos)

note: 3Inabouti Caro, bibliothécaire - 3 janvier 2017

Pour rentrer dans ce film, il faut accepter dès le départ la société étrange qui nous est présentée. Celle-ci ne jure que par le couple, le célibat est vu comme une tare et les célibataires se voient transformés en animal s'ils ne trouvent pas rapidement l'âme sœur.
La première partie du film, la plus réussie, montre le héros incarné, par Colin Farrell bouffi, dans un hôtel où les célibataires sont parqués dans l'objectif de trouver un partenaire. La seconde partie se situe dans une forêt où les rebelles tentent de survivre. Ceux-ci sont des célibataires endurcis qui refusent toute idée de couple et d'amour. Bref des deux côtés de la société, la même intransigeance et l’intolérance, un extrémisme castrateur.
Le film souffre de sa longueur, de son interprétation (ah l'inexpressivité agaçante des acteurs !) et de sa fin ouverte et extrêmement frustrante. Bref, si l'idée de départ était bonne, on a l'impression que le réalisateur s'est perdu en chemin... et du coup on cherche un peu le message du film.

Ave César ! (Ethan Coen)

note: 4Hommage Caro, bibliothécaire - 31 décembre 2016

Les frères Coen aiment le cinéma et lui rendent hommage dans le long-métrage loufoque qui multiplie les références à l'âge d'or hollywoodien. Comédie musicale, western, péplum... les grands acteurs d'aujourd'hui incarnent des acteurs d'hier, prisonniers du système des grands studios à une époque où il ne faisait pas bon être communiste. C'est drôle alors il ne faut pas s'en priver !

Miss Hokusai (Keiichi Hara)

note: 3Joli Caro, bibliothécaire - 31 décembre 2016

De la miss Hokusai, on ne sait presque rien, sauf qu'elle fut peintre comme son père. Ce film tente de nous la faire découvrir mais finalement la personnalité du maître éclipse beaucoup celle de sa fille. Le film est toutefois une belle reconstitution de la période d'Edo, visuellement c'est très réussi !

Dalton Trumbo (Jay Roach)

note: 5Pour les amoureux du cinéma Caro, bibliothécaire - 31 décembre 2016

Si le nom de Dalton Trumbo ne dira rien au français moyen, les amateurs de cinéma américain connaîtront forcément ce scénariste brillant à l'origine de nombreux chefs d’œuvre du 7e Art.
Ce qu'on connaît moins, c'est son combat contre le maccarthysme, fléau issu de la guerre froide entre USA et Russie.
Ce film montre son parcours, son combat, son travail et sa vie de famille et retrace de façon passionnante une partie de l'histoire du cinéma américain. A découvrir d'urgence !

Les délices de Tokyo (Naomi Kawase)

note: 3Titre trompeur... Caro, bibliothécaire - 31 décembre 2016

A en croire la bande annonce, ce film serait un film sur la joyeuse gastronomie (en l’occurrence pâtisserie) japonaise. Il est bien plus que cela ; à travers une histoire de transmission de recette, le long-métrage tisse le portrait de trois solitudes. Plus mélancolique encore, il fait le portrait d'une femme malade et, à travers elle (spoil), on découvre la place accordée aux lépreux au pays du soleil levant. C'est pourtant elle qui éveillera ses nouveaux amis aux plaisirs de la vie...

Room (Lenny Abrahamson)

note: 4émouvant Mélanie, bibliothéca - 30 décembre 2016

Adapté du roman bouleversant d’Emma Donoghue, Room réussit son pari et parvient à tenir le parfait équilibre qui avait également fait le succès du livre : une tension bien tenue lors de la captivité de ce beau duo mère/enfant, et l’évocation tendre, juste et nuancée des difficultés à vivre une liberté tardivement retrouvée. Un vrai beau film.

Libre et assoupi (Benjamin Guedj)

note: 3Honorable Caro, bibliothécaire - 27 décembre 2016

Cette tranche de vie où le héros "glandouilleur" cherche puis trouve sa voie est sympathique mais reste une gentille comédie, vite oubliée...

La voleuse de livres (Brian Percival)

note: 5A couper le souffle ! LARA - 21 décembre 2016

Deux heures de pur bonheur... Une chose est certaine : les plus émotifs ne pourront pas rester sans mouchoir à leur côté.
Une histoire à voir absolument si l'on veut prendre conscience de l'humanité, de ce qu'est que ne pas perdre espoir.
Un film à voir et à revoir, en famille, entre amis, des personnages très attachants avec de très bons acteurs. Un scénario prenant et des cadres attrayants, mêlés à un sujet sensible qu'est la Seconde Guerre Mondiale.
A ne pas rater, ça vaut le coup...

Falling skies (Robert Rodat)

note: 5Une excellente série ! Maryjo, bibliothécaire - 23 novembre 2016

Produite par Steven Spielberg cette série de SF post-apocalyspe a commencé en 2011 et s'est terminée en 2015 avec la saison 5.

Durant ces 5 saisons j'ai suivi les aventures haletantes de Tom Mason, de ses trois fils et des rescapés avec lesquels ils vont tenter de survivre face à une invasion d'aliens plus que décidés à rayer l'humanité de la planète Terre.

Lorsque j'ai vu le premier épisode j'ai tout de suite adhéré à cette histoire de résistants s'unissant pour combattre un ennemi commun. On est dans un univers où les valeurs d'humanité, de solidarité sont transcendées par l'urgence de la situation. Et j'avoue que ces bons sentiments finalement ça fait du bien de temps en temps.
Je ne vais pas vous raconter ce qui va arriver à nos protagonistes mais même si certains épisodes sont par moment un peu en dessous au niveau intérêt de l'histoire c'est au final une excellente série que les fans de SF ne doivent pas rater.

Arrested Development n° 1 (Mitchell Hurwitz)

note: 4Culte et déjanté ! Caro, bibliothécaire - 22 novembre 2016

Série qui a marqué aux Etats-Unis à tel point qu'une quatrième saison est sortie 7 ans après la troisième, Arrested development est une série comique qui sort des conventions de l'humour "bien-pensant". Elle met en scène une famille où tout le monde - sauf le fils Michael - avait pris l'habitude de piocher dans les comptes de l'entreprise familiale. Quand le patriache se retrouve en prison pour escroquerie, Michael n'a pas d'autre choix que de reprendre tout en main, non sans difficultés car ni son avocat, ni sa mère, ni ses frères et soeurs ne l'aident beaucoup ! Il peut toutefois compter sur le soutien de son fils Georges Michael (!^^) qui apporte un peu de normalité dans cette famille d'originaux. Malgré la traduction qui ne permet pas de prendre en compte tous les jeux de mots et allusions, A.D. est une série vraiment drôle et parfois grinçante qui fait du bien !

Horns (Alexandre Aja)

note: 2Finalement banal HERVE - 20 novembre 2016

Mélange de film policier et de fantastique, Horns part d'une idée apparemment intéressante mais se révèle finalement banal dans son déroulement. Très bien interprété mais il n'apporte aucune surprise.

Carmen (Georges Bizet)

note: 3un cultissime classique FABIEN - 25 octobre 2016

Après l'album, le film, sur cet opéra si connu grâce à ces chansons si puissantes.

J'aime les chansons et le coté mélodieux et fort de l'histoire, mais un peu moins le coté joué et les quelques longueurs.


Emprunter


4 SEMAINES
NOMBRE DE PRÊTS ILLIMITÉ

(sauf DVD et collections BU)
+ d'infos

Partager "Emprunter " sur facebookPartager "Emprunter " sur twitterLien permanent