La vie secrète des arbres (Peter Wohlleben)

note: 4ECHO LOGIS DOMINIQUE - 16 janvier 2018

L'arbre a été notre première maison, nous fournissant protection et nourriture, avant que l'on ne saute dans la savane et [...]

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilBoite critiques

Boite critiques

 

La vie secrète des arbres (Peter Wohlleben)

note: 4ECHO LOGIS DOMINIQUE - 16 janvier 2018

L'arbre a été notre première maison, nous fournissant protection et nourriture, avant que l'on ne saute dans la savane et que l'on ne se redresse pour y voir plus clair. Justement, regardons autour de nous, du bouleau qui frissonne dans le parc, au mélèze vibrant d'air pur dans la montagne et jusqu'au baobab qui coule ses vieux jours sur le continent africain, tous les arbres sont des êtres on ne peut plus respectables. Comme nous, ils ont des émotions, ils sont doués d'intelligence. Peter Wohlleben, qui passe sa vie à les observer, nous dévoile leurs surprenantes stratégies, et nous apprend à vivre avec eux dans une profonde reconnaissance. Ne se doit-on pas d'être plein d'attentions pour ceux de nos semblables qui ont le plus de mal à se déplacer?

Petit Paysan (Lanners Bouli)

note: 4Le petit paysan LUCIE - 15 janvier 2018

Filme sobre et juste cruel.

Les huit montagnes (Paolo Cognetti)

note: 4CAIN-CAHA DOMINIQUE - 15 janvier 2018

Le mythe de Cain et Abel est éternel. Comme les neiges. C'est autour des sommets qu'elles recouvrent, que se situe l'intrigue. Bruno est un enfant qui a choisi de rester accroché à sa montagne, Pietro, son ami qui a grandi en ville, a la bougeotte. Lors d'un voyage au Népal, il découvre un mandala, cercle traversé de quatre diamètres aux bouts desquels émergent les 8 montagnes: notre monde. A l'intersection de cette roue s'élève un autre pic: le Sumaru, point culminant de l'ascension intérieure. Qui sera sacrifié? Celui qui part ou celui qui reste? La vie n'est pas toujours rose, comme le Mont qui domine la vallée où se noue cette improbable amitié. Plus haut est ce qui touche la lumière, plus grande est son ombre...

La fille d'avant (J.P. Delaney)

note: 4Passé-présent CATHERINE - 14 janvier 2018

Idée du roman très bonne et très bien traitée : Deux jeunes femmes brisées par un vécu traumatisant, locataires du même appartement, physiquement identiques, vivent leur même histoire à deux périodes différentes. Très bien raconté, ce va-et-vient régulier entre passé-présent n'est vraiment pas difficile à suivre car les chapitres sont très cours. Ce livre se lit donc bien. L'intrigue vous emmène dans l'univers d'un architecte psychorigide où la technologie est très présente ou trop présente... Mais, que cherche cet homme en imposant ce style de vie à ses locataires ? Et pourquoi son passé cache 2 décès accidentels, puis 3 ?
Très bon roman

Double piège (Harlan Coben)

note: 4Addictif ! CATHERINE - 14 janvier 2018

Dès les premières pages on veut savoir la suite. Mais qui, dans l'environnement de cette veuve, qui a déjà perdu une sœur, est coupable ? Le mari de sa défunte sœur qui semble si désœuvré... Cette belle-famille si fortunée grâce à sa réussite avec cette belle-mère psychiatre... Cette bonne copine qui lui veut du bien... Cette belle-sœur qui semble n'avoir pas toute sa tête... Et ce beau-frère si discret... Et ce flic qui semble recevoir de l'argent... Et elle, finalement si près du lieu de l'attaque.... ?
Addictif dès la 3eme page jusqu'à la dernière.

La fille dans le brouillard (Donato Carrisi)

note: 5Cet auteur écrit très bien CATHERINE - 14 janvier 2018

Nous sommes tout de suite plongés dans l'histoire. Dans ce village où tout le monde se connaît mais où des groupes se sont formés, la disparition de la jeune fille va intéresser la police qui utilisera la presse puis les gens du lieu du drame. Chaque personnage est intéressant et bien décrit. J'ai découvert CARISI avec ce livre, je compte bien lire d'autres romans de lui.
FONCEZ, LISEZ CE LIVRE.

Vous n'aurez pas ma haine (Antoine Leiris)

note: 4Poignant BENOIT - 6 janvier 2018

Un récit emouvant qui vous remue l'âme au plus profond....

Les bouillons (Zoé Armbruster)

note: 4Bouillons ET soupes ! Caro, bibliothécaire - 6 janvier 2018

Le livre commence avec des recettes de bouillons en tous genres puis propose une grande variété de soupes moulinées et de soupes à l'asiatique avec nouilles, viande et légumes. On peut du coup trouver plein d'idées en tout genre, les recettes étant particulièrement alléchantes !

Modern egyptian music (Al Massrieen)

note: 5disco égyptien Bastien - 5 janvier 2018

Le label Habibi Funk fouille avec ardeur vinyles et surtout cassettes du monde arabe et réédite pour notre plus grand plaisir cette merveille de disco égyptien de la fin des années 70, avec un livret bien documenté sur ce groupe méconnu en dehors de son pays (et toutes les paroles des chansons sont traduites !)

Cet autre amour (Dominique Dyens)

note: 5Cet autre amour COLETTE - 3 janvier 2018

Tomber amoureux(se) de son-sa psychanalyste, est-ce inévitable ? Le lien étrange qui lie un(e) patient(e) à son analyste, entre intimité et distance, est l'essence de ce roman. La narratrice y opère ce fameux transfert : un "objet affectif non identifié" qui l'a menée à un état de joie et de souffrance dont elle désespère de sortir un jour. Dominique Dyens fait ici le récit d'une histoire d'amour fortement arrimée au travail de l'inconscient, tout en décrivant, en filigrane, la bouleversante expérience humaine et intellectuelle que déclenche une thérapie chez la plupart des patients.

Broken homeland (Valparaiso)

note: 5Entre rock pop et folk ! Julie, bibliothécaire - 30 décembre 2017

Créé par des anciens membres du groupe Jack the Ripper ainsi que d’autres musiciens, Valparaiso fonctionne comme un collectif, où chaque invité a réussi à s’approprier les morceaux. Dès le premier titre, le charme opère sur « Rising Tides » avec le superbe duo de Phoebe Killdeer et de Howe Gelb, qui nous plonge dans une atmosphère mélancolique. Ce morceau fait d’ailleurs écho à « Marées hautes », interprété par Dominique A, dernier titre de l’album où l’on reconnaît les mêmes notes… Autre duo magnifique : Shannon Wright et John Parish sur « The River », qui marque par son intensité. La musique de Valparaiso navigue entre rock, pop et folk pour créer un univers particulier, riche en émotions ; une sorte de contrée inconnue peuplée de rêves et de poésie. A découvrir absolument !

Edgar Allen Poe's haunted palace (The Tiger Lillies)

note: 5Un OMNI ? Patricia - 29 décembre 2017

Le nouvel opus du trio serait-il un OMNI ? (Objet Musical Non Identifié). Les Londoniens chantent des poèmes d'Edgar Allan Poe. C'est sombre, gothique, comme un cauchemar insolite et fascinant. Un album surprenant pour tous les curieux !

Déogratias (Jean-Philippe Stassen)

note: 3Génocide rwandais LIONEL - 27 décembre 2017

Le pari était a priori impossible mais s'avère réussi : Nous faire appréhender de l'intérieur certains aspects du génocide Rwandais, sans abreuver d'images très violentes et en racontant une histoire. Car ce n'est pas un documentaire mais bien une fiction, avec ses choix narratifs.

Portugal (Cyril Pedrosa)

note: 4Voyage intérieur LIONEL - 27 décembre 2017

Refaire connaissance avec une famille et des lieux délaissés dans le passé. Rien de spectaculaire dans cet ouvrage, pas de scénario haletant, mais de la lenteur pour accéder à un camaïeu de ressentis. A inscrire aussi dans ces BD qui renoue avec la mémoire des anciens immigrés espagnols et portugais, qui n'ont pas pris, le temps d'une génération, de se raconter.

Opération Mort (Shigeru Mizuki)

note: 3La 2ème guerre vue d'un japonais LIONEL - 27 décembre 2017

Intéressant pour le côté documentaire sur le vécu japonais envoyés face à l'arrivée de l'armée américaine, aux modes relationnels gradés/soldats dans ce petit monde. Mais rien de plus ai-je trouvé.

Le sculpteur (Scott McCloud)

note: 3Le sculpteur LIONEL - 27 décembre 2017

Il faut accepter l'idée simpliste d'un super pouvoir. A cette seul réserve près, c'est une BD intéressante.

Je ne suis pas mort (Hiroshi Motomiya)

note: 2Vivre autrement LIONEL - 27 décembre 2017

Le vieux rêve d'un retour à la nature brute pour échapper aux aliénations du travail et de la famille. pourquoi pas ? Mais c'est si caricatural ici que faute d'un minimum de réalisme je n'ai pas pu y adhérer (avis d'un adulte).

La maison (Paco Roca)

note: 5Notre humanité LIONEL - 27 décembre 2017

Je confirme la justesse émotionnelle de ce livre. La dentelle de nos ressentis envers le passé, la famille. Rien de spectaculaire, mais si vrai.

L'hiver du dessinateur (Paco Roca)

note: 2Histoire de la BD LIONEL - 27 décembre 2017

Pour spécialistes de l'histoire de la BD espagnole d'après guerre. Je n'ai pas trouvé d'autre intérêt.

Zaï zaï zaï zaï (Fabcaro)

note: 3L'absurde de notre quotidien LIONEL - 27 décembre 2017

De situations très ordinaires (ex : avoir oublié sa carte de réduction du magasin) l'auteur tire un fil absurde (suite de l'ex : être en grave illégalité du fait de cet oubli). Cela fonctionne car c'est proche de nous. Peu fan de l'absurde en général, j'ai bien aimé cet enchaînement de surprises.

Les mains invisibles (Ville Tietäväinen)

note: 4L'immigration illégale de l'intérieur LIONEL - 27 décembre 2017

Très bien documenté, cette BD nous permet de vivre la réalité qui pousse un marocain à quitter sa famille, la réalité de la traversée et du travail dans les serres espagnoles. Tout en n'étant pas juste un documentaire. Je regrette simplement les inserts de textes spirituels car ils ne m'ont pas interpellés et donc ont rallongé à l'excès pour moi l'ouvrage. Je recommande n'éanmoins.

Karma City n° 1 (Pierre-Yves Gabrion)

note: 4Futur proche LIONEL - 27 décembre 2017

Une bonne BD, bien maîtrisée du point de vue du scenario, de la "photo", et des thèmes originaux. Les personnages sont plus classiques mais solides. Et le principe de cette société pas si éloigné de nous, si l'on considère le système de "crédit social" que la chine veut mettre en place pour 2020 (Le Monde, 26/10/17, p18).

Le Disque qui parle (Philippe Baudouin)

note: 5Curiosités sonores Bastien - 26 décembre 2017

Cette compilation de pochettes de disques-vinyles chinés au hasard des vide-greniers peut sembler incongrue de prime-abord, mais c’est finalement tout un pan de l’édition phonographique qui se révèle : la musique fonctionnelle. En effet, ces disques sont tous destinés à une fonction clairement définie : éducation, relaxation, divertissement, publicité, médecine, politique ou érotisme, un portrait sonore de la France des années 60-70 en quelque sorte.

Chinese folk songs (Lily Chao)

note: 4Pop mandarine Bastien - 26 décembre 2017

Une réédition inattendue d'un album de la chanteuse Lily Chao, star chinoise des années 60 alliant mélodies folk et orchestration pop-rock. Malgré un parcours de vie tragique, ses tubes oscillent entre de bouleversantes ballades romantiques et d’enjouées rengaines sautillantes.

Quazarz vs the jealous machines (Shabazz Palaces)

note: 4Hip-hop futuriste Bastien - 26 décembre 2017

Rythmes et mélodies digitales, textes cosmiques, le duo de Seattle pourrait être au hip-hop, ce que Sun Ra fût au jazz : un ovni

Mistakes on purpose (Girma Bèyènè)

note: 4Talentueux pépé de l’ethio-jazz Bastien - 26 décembre 2017

Girma Bèyènè, chanteur ethiopien à succès des années 60 à la voix douce et profonde, remet le couvert avec le groupe AkaléWubé, fer de lance de la scène française d’éthio-jazz.
En concert le 3 février 2018 à la cité de la musique de Romans !

Zabad (Sabil)

note: 4En route Bastien - 26 décembre 2017

Un album virtuose de musique arabe ou le duo Sabîl (oud et percussions) est rejoint par une profonde contrebasse et un exquis buzuq. Comme le laisse présager le titre de l’album, la musique de Zabad (l’écume), contemplative ou dansante, s’écoute comme on regarde un paysage.

Mort sur le Nil (John Guillermin)

note: 4Une bonne adaptation Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Les lecteurs fidèles d'Agatha Christie se régaleront devant se long-métrage qui relate une des plus célèbres enquêtes d'Hercule Poirot. Outre les décors d'époque, le film aligne une belle brochette d'acteurs et une intrigue aux petits oignons. Délicieusement suranné !

Et ta soeur (Marion Vernoux)

note: 2Une comédie ? Caro, bibliothécaire - 23 décembre 2017

Ce film qui est présenté comme une comédie contemporaine ne m'a même pas fait sourire. Entre histoire de famille et histoire d'amour, le mélange prend difficilement.
Le trio d'acteur est certes convaincant mais on est loin du bijou annoncé tant le héros est fade limite stupide, sa meilleure amie bien ordinaire et la sœur de celle-ci une caricature de lesbienne, qui cherche à avoir un enfant à tout prix (désolée spoiler).

Dans ce quasi huit-clos breton, on s'ennuie donc un peu malgré les (soit-disant) rebondissements bien tièdes et les dialogues (trop) ciselés. Heureusement que ce long métrage a le mérite d'être court !

She's so lovely (Nick Cassavetes)

note: 4l'amour fou virginie - 20 décembre 2017

l'amour fou entre deux écorchés vifs, Sean Penn et Robin Wright Penn sont excellents, j'ai adoré.

Ruler rebel (Christian Scott Atunde Adjuah)

note: 5Du jazz mais pas que ! Julie, bibliothécaire - 16 décembre 2017

Célèbre trompettiste de jazz américain, Christian Scott continue ses expérimentations de « Stretch Music » : une musique hybride et ouverte qui mélange les genres. Ainsi sa musique se pare de nombreuses influences : hip-hop, électro, rock… Comme par exemple sur l’excellent « Phases », titre planant -où la chanteuse Sarah Elizabeth Charles vient poser sa délicate voix- qui fait penser à un morceau de trip-hop. Autre morceau à ne pas manquer : « Encryption » avec ses percussions, la trompette de l’artiste toujours aussi envoûtante et la présence de la flûtiste Elena Pinderhughes qui nous offre de superbes solos. « Ruler Rebel » est une réussite où Christian Scott nous montre son talent pour étendre le jazz à d’autres horizons…

Avec du temps (Isabel Minhós Martins)

note: 5Très réussi Caro, bibliothécaire - 14 décembre 2017

Avec des illustrations qui rappellent celles des années 50, cet album fait la catalogue des choses qui changent avec le temps : la gomme s'efface, le tapis perd ses couleurs, l'ombre se déplace, la frange tombe sur les yeux... c'est une magnifique mise en image des changements parfois minuscules de la vie. Ce livre parlera aux petits qui grandissent mais aussi à leurs parents qui... vieillissent ! Une belle réussite à lire dès 6 ans

Mog et Bunny (Judith Kerr)

note: 4Une histoire d'amour... Caro, bibliothécaire - 14 décembre 2017

...entre un chat et son jouet rappellera sans doute à chaque enfant son attachement à son doudou. L'auteure britannique Judith Kerr nous raconte toutes les joies de l'amitié au sein d'une famille bien ordinaire avec le talent qu'on lui connaît.

Je voudrais être tué par une lycéenne n° 1 (Usamaru Furuya)

note: 3Singulier Caro, bibliothécaire - 13 décembre 2017

Le titre du manga nous met tout de suite dans le bain : l'autassassinophilie est une paraphilie dans laquelle un individu est sexuellement attiré par le risque d'être tué. C'est de ce trouble dont souffre notre "héros". Tout à son obsession, il jette son dévolu sur une jeune fille, qu'il "désigne" pour être sa meurtrière. Il ourdit pour cela un savant plan de disparition. C'est compter sans les amis de celle-ci et l'apparition soudaine de son ex, psychiatre.
Il est difficile de s'identifier aux personnages de ce manga, qui traite de troubles mentaux sévères mais il faut reconnaître que l'histoire en 2 tomes seulement est bien menée.

Comment épater sa fille (Raphaële Vidaling)

note: 3Le plein d'idées ! Caro, bibliothécaire - 13 décembre 2017

Les éditions Tana proposent 2 ouvrages de loisirs créatifs, magie, décoration, recettes et autres activités à faire en famille : l'un est destiné aux filles et l'autre aux garçons, ce qui est un peu dommage certes mais n'enlève rien à l'originalité des ouvrages. On peut faire le plein de bonnes idées assez variées pour occuper vos enfants pendant de longues heures !

Nicostratos le pélican (Olivier Horlait)

note: 4Inclassable, original, touchant. CATHERINE - 11 décembre 2017

Un jeune garçon qui vit sur une ile grecque (magnifiques paysages) avec son père veuf, sauve un bébé pélican. Le destin de ces deux êtres va se trouver fortement lié. Belle histoire, à la fois émouvante et pudique, pleine d'humanité, en toute simplicité, une sorte de conte, de rêve...

New magic (Son Little)

note: 5Deuxième album de l'artiste et le voyage en sa compagnie est toujours aussi agréable ! Julie, bibliothécaire - 8 décembre 2017

L’artiste revient avec un second album, et le voyage en sa compagnie est toujours aussi agréable. Il nous fait naviguer entre les styles avec une efficacité redoutable : entre soul, gospel (« New Magic »), blues et même un peu rock ; chaque titre nous envoûte. Que ce soit sur le morceau blues « ASAP » ou encore sur l’excellent et très rythmé « O Me O My » ; Son Little nous charme complètement. Sans compter les morceaux plus calmes comme la superbe ballade « Mad About You » avec ses quelques notes de guitare et la voix de velours de l’artiste, ainsi que « Demon to The Dark » qui clôt superbement l’album… A écouter sans hésiter !

Sirius (Stéphane Servant)

note: 5Coup de coeur Maryjo, bibliothécaire - 7 décembre 2017

Quel roman captivant et magnifique ! Dès les premières lignes j'ai été subjuguée par le récit et je n'ai pas vu passer les 474 pages à lire. Des thèmes forts et d'actualité sont abordés : la perversion des hommes, la beauté de la nature, la poésie du langage, les faux prophètes, les dérives de l'ultra matérialité, sans oublier un questionnement intéressant sur la culture, les livres en particulier.... très souvent craint par les dictateurs et autres visionnaires du même genre. Les personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires, sont parfaitement maitrisés.

Ce livre réunit autant de poésie, de cruauté, d'onirisme et d'espoir que possible. Un très beau moment de lecture.
Si vous êtes familier de Patrick Ness (notamment avec "Le chaos en marche") vous devriez aimer ce roman, en raison des similitudes dans les styles d'écriture.

C'est indéniablement un coup de cœur.

Les filles au chocolat n° 1
Coeur cerise (Cathy Cassidy)

note: 4coeur cerise ELOÏSE - 6 décembre 2017

j'ai adorés cette BD les personnage sont très attachant j'ai envie de lire les autre. Je trouve la BD mieux que le livre même si le livre est deux fois plus long. ;D

Summer (Monica Sabolo)

note: 1Sujet prometteur, mais ... Lila, bibliothécaire - 6 décembre 2017

Une disparition. Un long silence. Comment continuer à avancer quand on ne connaît pas la vérité ?

Au cours d'un pique-nique avec trois amies et son frère Benjamin au bord du lac Leman, Summer disparaît, volatilisée dans un bois, c'était l'été de ses 19 ans. Depuis Benjamin est hanté par la disparition de sa sœur. Tout au long du récit, une sensation d'étrangeté se dégage, avec une famille étrange aux comportements étranges...
Le sujet était prometteur mais l'intrigue psychologique est tombée à plat pour moi.. J’ai navigué en eaux troubles sans être emportée par le courant !

Tortues à l'infini (John Green)

note: 5Captivant Maryjo, bibliothécaire - 6 décembre 2017

Traiter des maladies mentales n'est pas chose aisée. C'est pourtant ce qu'à fait John Green. Six ans ont été nécessaires pour écrire ce livre. Le résultat est bluffant. Les trois personnages principaux et surtout Aza et Davis ont une capacité de résilience étonnante.
Un roman au ton juste, tendre et libérateur.

L' endroit d'où on vient (3 Minutes Sur Mer)

note: 5Un album percutant ! STEPHANIE, discothécaire - 6 décembre 2017

La première fois qu’on écoute ce disque on est « catapulté » vers « l’endroit d’où l’on vient » puis on découvre les « Enfants des autres ». On se laisse bercer par un très beau duo avec Zazie « Ce n’est pas nous qui sommes mauvais », interprété tout en douceur, malgré la violence du propos. L’interprétation du chanteur Guilhem Valayé est parfaite, subtil mélange de douceur, d’intensité, de sensibilité, un juste équilibre entre fragilité et puissance. « Partir » symbolise vraiment bien cela avec cette phrase qui tourne en boucle « laissant cogner, cogner ce cœur qui joue ses dernières notes »… Les chansons de 3 minutes sur mer sont « graves, solennelles (…) mais aspirent à des moments d’épiphanie » («tous mes malheurs seront des joies, toutes mes joies seront des pauses » clame le chanteur dans « Cage ». Superbe !

Land (Fredda)

note: 4Un album de ballades folk particulièrement réussi ! STEPHANIE, discothécaire - 6 décembre 2017

« Land » est un album qui invite au voyage aussi bien par ses arrangements que par ses textes. On commence avec « Ma rivière » puis vient « Maintenant », une ballade très plaisante, bien rythmée, une invitation à partir « vivre à l’écart ». Malgré des textes où la mélancolie prédomine il y a vraiment une ambiance chaleureuse, on imagine des paysages, des contrées accueillantes et on se laisse guider très facilement par la voix « vibrante » de Fredda. Elle nous entraine dans son univers fait de « neige rose », de « matins maquillés » où l’on peut rencontrer un « gardien des fleurs ». Un album de ballades folk particulièrement réussi !

Le monophone (Elisabeth Zöller)

note: 4Comment ne pas perdre sa liberté ? Geneviève - 5 décembre 2017

Un jour, Mathilde et ses camarades sont intrigués par l’arrivée d’un énorme engin sur la place du village. Le maire invite les habitants à faire un bon accueil au monophone. Il leur précise que cet appareil parlera d’une seule voix pour tous les habitants. Et qu’il leur réservera de belles surprises.
Les villageois sont ravis, le monophone diffuse de la musique. Le soir ils dansent, petits et grands, tous ensemble.

"Quelques jours plus tard, le maire se poste devant le monophone. « Votre attention, s’il vous plaît ! Ecoutez-moi tous ! Le commandant en chef des Chemises Noires a une annonce importante à nous faire ! »
Le chef des Chemises Noires fait un pas en avant et annonce d’une voix de stentor « Nous invitons tous ceux qui ont des taches de rousseur à se présenter ici demain à 14h. »
« Ils seront intégralement pris en charge ! enchaîne le maire. Non, pas de questions ! Les gens avec des taches de rousseur sont tous attendus ici demain à 14h pour un départ à 14h15. »

Les heureux élus font des envieux.
Quelques jours après, ce sont les roux qui sont priés de se présenter sur la place. Puis c’est au tour des myopes.
Où sont-ils emmenés ? Pourquoi ne reviennent-ils pas ? Des copains de Mathilde disparaissent.
Mathilde ressent un malaise face à certains de ses camarades qui arborent des chemises et des brassards noirs et à ces consignes de plus en plus troublantes.
Elle va devoir se battre pour faire entendre la voix de la Liberté ".

Ce roman souligne les dangers d’une voix unique, du totalitarisme. C’est aussi une réflexion sur la liberté de résister.
Dès 9 ans.

Frères d'exil (Kochka)

note: 4Un roman d'actualité Geneviève - 5 décembre 2017

Enoha écrit à sa petite-fille Nani. Elle a 8 ans.
S’il lui écrit, c’est pour l’accompagner, mais aussi pour calmer sa peur et dire sa colère.
Sa fille, son gendre et sa petite-fille doivent partir vers l’inconnu, prendre un bateau et quitter leur île.
Enoha est en colère car il ne peut pas les aider. Il est âgé et cloué au sol. Ses jambes ne fonctionnent plus depuis son accident.

"Ma Nani,
On croit que les choses et les gens qui nous entourent ne changeront pas. On croit qu’on aura toujours ses parents, que les murs de nos maisons tiendront toujours, et qu’on aura toujours un toit.
C’est un tort. Il y a des moments dans la vie où ce qu’on croyait solide s’effondre. Alors il faut faire son bagage.
Partir, c’est larguer les amarres ; vous devrez lâcher l’île.

Ma Nani,
Je ne comprends pas pourquoi ton père, met tant de temps à se décider ! Avec cette pluie qui tombe sans relâche, les montagnes glisseront bientôt dans les vallées et les rivières quitteront leurs lits.
Déjà les bateaux de l’île sont pris d’assaut par ceux qui veulent partir, et des navires d’ailleurs arrivent. Il y a des gens qui font commerce avec le malheur des autres.
Où que la vie t’emmène, Nani, n’oublie jamais d’où tu viens, mais va !"

Nani et sa famille doivent fuir en urgence car l’île va disparaître avec la montée des eaux.
Avec ce très beau texte poétique, Kochka sensibilise les jeunes lecteurs à un thème d’actualité : les réfugiés climatiques.
Ce récit est à la fois poignant et plein d’espoir. Dès 11 ans.

La petite dernière (Susie Morgenstern)

note: 5Un coup de coeur Geneviève - 5 décembre 2017


Dans les années 50, Susie habite dans le New Jersey. Elle est la petite dernière d’une famille juive.
Il n’est pas toujours facile de se faire une place quand on a 2 sœurs aînées qui sont belles, drôles et fantaisistes.
Sandra et Elfie aiment chanter, parler. Elles sont capables de changer des évènements banals en nouvelles stupéfiantes.

"Un jour, je me souviens, tante Evy m’a regardée, puis elle a déclaré tristement « Tu ne seras jamais comme tes sœurs ».
Moi qui ne demandais que ça ! Etre comme elles !
A défaut d’autre talent, j’étais une élève studieuse. Quand j’avais moins de 20, quelle tragédie ! Et puisque je ne pouvais pas inverser l’ordre de nos naissances, je n’avais qu’un seul moyen de me distinguer de mes sœurs délurées, dingues et drôles : être exemplaire.

Je ne conservais pas l’attention de ma famille plus d’une seconde. Les conquêtes à la chaîne de Sandra étaient bien plus captivantes.
Quant à Elfie, elle était tellement drôle. Ce qu’elle racontait était amusant, mais c’était surtout sa façon de le raconter qui était irrésistible".

S’il y a une part de rivalité entre les 3 sœurs, il y a aussi beaucoup d’amour et de complicité.
Avec talent et émotion, Susie Morgenstern s’est inspirée de son enfance pour nous conter des moments très savoureux, tendres et parfois tristes de sa vie américaine.
Un très bon moment de lecture.
A partir de 9/10 ans.

Loving Vincent (Clint Mansell)

note: 5Une bande originale à ne pas manquer ! Julie, bibliothécaire - 1 décembre 2017

“Loving Vincent” est un très beau film d’animation sur Vincent Van Gogh (et plus particulièrement sur les circonstances de sa mort), créé à partir de milliers de toiles s’inspirant du style du peintre. Et c’est le compositeur Clint Mansell (« Requiem for a dream », « Black Swan ») qui a été choisi pour cette b.o composée de morceaux instrumentaux. Dès l’ouverture avec « The Night Cafe », une ambiance sombre s’installe grâce à de superbes cordes. On retrouve cette profonde mélancolie dans tous les morceaux (« Still life with glass of absinthe & a carafe », « Blossoming chetsnut trees »), ainsi que dans le seul morceau à texte : « Starry Starry Night », interprété par la talentueuse Lianne La Havas. Une musique douce et magnifique, qui sert parfaitement le drame de ce film.

La cantine de minuit n° 1 (Yaro Abe)

note: 5Tranches de vies Caro, bibliothécaire - 1 décembre 2017

Comment émouvoir avec un concept tout simple : le lecteur partage un bout de la vie des habitants, tous différents, qui fréquentent un même restaurant. Le patron observe tout et on s'émeut avec lui des histoires des uns et des autres. C'est original, amusant, émouvant... un manga à découvrir dès 13 ans.

Babylone Vegas (José Luis Muñoz)

note: 3Le côté obscur de Las Vegas BENOIT - 30 novembre 2017

Une plongée étouffante dans le monde du jeu, de son addiction et des "travers" humains...tourbillonnant à l'image de la ville !

La disparition de Josef Mengele (Olivier Guez)

note: 4Efficace BENOIT - 30 novembre 2017

Vous suivez la fuite, la traque et la fin d'un criminel nazi, c'est haletant, bien documenté et surtout très bien écrit. Passionnant