Acide sulfurique (Amélie Nothomb)

note: 5Donne à réfléchir MELANIE - 21 janvier 2018

Donne à réfléchir, à mettre entre les mains des ados (et des parents) accros aux écrans.

Nous suivre

Facebook Médiathèques Valence Romans Agglo


Facebook Médiathèques Valence


Facebook Passerelle


Facebook Flickr commons

Partager "Nous suivre" sur facebookPartager "Nous suivre" sur twitterLien permanent
AccueilCritiques rédigées par CATHERINE

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par CATHERINE

 

Nicostratos le pélican (Olivier Horlait)

note: 4Inclassable, original, touchant. CATHERINE - 11 décembre 2017

Un jeune garçon qui vit sur une ile grecque (magnifiques paysages) avec son père veuf, sauve un bébé pélican. Le destin de ces deux êtres va se trouver fortement lié. Belle histoire, à la fois émouvante et pudique, pleine d'humanité, en toute simplicité, une sorte de conte, de rêve...

conquête (La) (Xavier Durringer)

note: 4remarquable jeu d'acteur CATHERINE - 26 juillet 2017

Les comédiens, et notamment Denis Podalydès, "endossent" le costume d'homme politique (Sarkosy pour Denis P) avec un talent remarquable !

Qui a envie d'être aimé ? (Anne Giafferi)

note: 4Ah Dieu ! CATHERINE - 12 juillet 2017

Inspiré d'une histoire vraie (roman de Thierry Bigot heu Bizot), le film rend bien l'ambiance du propos. Le regard d'Antoine sur lui-même, ses proches et les relations qu'il entretient avec eux se trouvent chamboulées par l'expérience qu'il vit en secret. Le sentiment de solitude causé par le fait de ne pouvoir partager cette expérience intime et taboue, et les malentendus qui en découlent... Un Philippe Duquesne en Prêtre... de bons comédiens, un bon film sur le sujet.

Quai d'Orsay (Bertrand Tavernier)

note: 4Une très bonne surprise CATHERINE - 12 juillet 2017

Je ne m'attendais pas à ça (je n'avais jamais entendu parler de ce film).
Dès le début, le rythme est donné. Arthur Vlaminck a "un train de retard" face à un ministre survolté (joué par T. Lhermitte vraiment irrésistible, dans les deux sens du terme), une vraie tornade. Le personnage joué par Niels Arestrup, qui, lui, est posé, ancré, imperturbable, joue sur d'autres leviers. L'opposition (complémentarité) est très réussie... En bref, un film qui se laisse regarder avec grand bonheur.

Cuisine et dépendances (Philippe Muyl)

note: 5A déguster CATHERINE - 12 juillet 2017

Pour ceux qui aiment ce genre de films, c'est un régal : les répliques, le jeu des acteurs, la psychologie des personnages, les mimiques, les hésitations, les incompréhensions... plus vrai que vrai et plein d'humour (scène où Bacri est au téléphone pour chercher un hôtel en pleine nuit, très très drôle, entre autres). Vous avez compris, je recommande, film à déguster.

Retour Haut